La calanque de Port-Miou n’a plus de secrets pour les résidents de Beau Site

Publiée le 15/03/2016

 « Les calanques, on a beau les connaître, on ne s’en lasse pas. »

Quelques semaines après son arrivée à Beau Site, M. C., accompagné de deux autres résidents, a apprécié le 29 janvier sa promenade à Port-Miou, la seule calanque du Parc national située sur la commune de Cassis. Autrefois habitué à jeter l’ancre face à la presqu’île, à bord de son voilier personnel, M. C. ignorait pourtant tout du processus de création des calanques.
M. Ricour, résident lui aussi, et géologue réputé, le lui a expliqué, cartes et documents personnels à l’appui : « A plusieurs reprises, le niveau de la Méditerranée était plus bas qu’à l’heure actuelle. La preuve en est la grotte Cosquer et ses gravures rupestres vieilles de 30.000 ans, dont l’entrée est située pas très loin, à 30 mètres de profondeur. Et les hommes vivant à l’époque n’étaient pas des plongeurs ! Ce niveau de base, plus bas, a accentué le creusement des calanques. »
 
M. Ricour a également signalé le bouillonnement en surface de la résurgence sous-marine de Port-Miou, qui débite environ un mètre cube par seconde, d’une eau légèrement salée. Il y a une quarantaine d’années, un barrage sous-marin fut édifié par des plongeurs (c’était une première mondiale) pour tenter d'empêcher les remontées d’eau salée. Mais en vain. Les boues rouges produites par l’usine d’alumine de Gardanne ont également été évoquées puisqu’elles traversent le site de Port-Miou, dans une conduite qui les mène en mer à 300m de profondeur. Les trois résidents de Beau Site ont bouclé leur promenade en observant les anciennes carrières de pierres blanches exploitées jusqu’en 1982, avant de boire un café dans un restaurant local. Dos à la calanque de Port-Miou, mais face aux immenses falaises du cap Canaille.
 

Nous utilisons des cookies pour mesurer la performance de notre site. En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus